Concours

A Montpellier, préparation aux concours des grandes écoles d’art

de dessin et de peinture à l’atelier du jeu de paume

 

 

 

En ce qui concerne la jeunesse et les débouchées professionnelles liées aux métiers d'art

 

 

Posséder suffisamment de notions en dessin et en peinture pour suivre une Manaa, être accepté  dans les grands ateliers préparatoires (Olivier de Serre, Académie Charpentier…) ou reçu aux concours d’admission des écoles régionales ou nationales d’art (arts Déco, Beaux Arts…), nécessite souvent la présentation d’un dossier et d’avoir déjà pratiqué ces disciplines artistiques.

Créer,  dessiner et  peindre régulièrement sont des expériences qui procurent un enrichissement personnel, elles permettent aussi de  tester  le plaisir que l’on en tire, le  potentiel acquis ou à acquérir et donc la possibilité d’en faire un jour ou non un métier.

Etre artiste peintre, illustrateur, fresquiste, entrer dans l’univers de la publicité, du spectacle… l’éventail  est extrêmement  large et hétéroclite,  il est parfois difficile de s’orienter.

Avoir manipulé de nombreuses techniques de dessin et de peinture, les avoir expérimentées sur les sujets les plus divers (personnages, animaux, objets, paysages…), vous aide à définir le métier qui vous correspondra le mieux.

 

L’atelier du jeu de paume vous propose plusieurs formules allant du simple coup de pouce à une formation intensive et ciblée. En fonction de votre niveau et du concours à préparer vous pouvez choisir le cours collectif et/ou le cours particulier.

 

Le cours collectif permet d’assimiler les bases  essentielles du dessin et de la peinture, largement équivalent voir supérieur à une Manaa, il peut être généraliste ou s’ajuster à l’objectif professionnel choisi, (les compétences et le dossier seront différents suivant les écoles ou les métiers envisagés).

 

Le cours particulier plus intense, plus approfondi, permet un apprentissage plus rapide, il se révèle particulièrement efficace pour répondre aux besoins de l’élève, surtout si le temps manque ou si les besoins sont importants. L’élaboration du dossier : sélection, coordination et présentation des planches de dessins et de peintures, (faites ou pas à l’atelier) se fait exclusivement en cours particulier.

 

Quelques exemples :

 

Laure et Alexis, sont aujourd’hui, l’une aux arts décoratifs de Paris, l’autre à ceux de Strasbourg, ils ont suivi pendant plusieurs années le cours collectif conjointement au lycée et au collège. Emma, étudiante en fac de lettres, a été reçue, après deux ans de cours collectif à l’atelier du jeu de Paume, aux Beaux Arts de Nîmes et à ceux de Montpellier. Tous les  trois ont su gérer de manière quasi autonome l’épreuve de leurs concours.

 

Pierre n’avait jamais dessiné, conjuguant une fois par semaine cours collectif et cours particulier, il a su au bout d’un an intégrer  brillamment l’école qu’il désirait. Son talent, son sérieux lui permettant d’accéder directement en  1ère année sans avoir à passer par la case « prépa ».

 

Perdue parmi des étudiants ayant déjà pratiqué le dessin et la peinture, cette étudiante,  inscrite en 1ère année à la faculté d’Arts plastiques Paul Valéry à Montpellier,  était prête à renoncer au cursus artistique qu’elle s’était pourtant choisi. En cours particuliers, six mois ont suffit pour lui redonner  le niveau et la confiance lui permettant d’intégrer une Manaa plus adaptée à son caractère et à ses objectifs professionnels.

 

Ayant abandonné en milieu d’année des études d’architecture qui ne lui convenaient pas et désirant intégrer l’académie Charpentier, nous n’avions qu’un mois et demi pour constituer un dossier et faire progresser un dessin chancelant (on avait, semble-t-il , oublié de lui apprendre que dessiner pouvait être un plaisir), prenant tous les créneaux disponibles en cours particulier et en cours collectif, faisant preuve d’un travail acharné et d’une remarquable volonté, cette jeune fille fut admise en première année à l’académie Charpentier.

 

Je finirais sur l’exemple de cette lycéenne, peu portée aux études, n’ayant jamais suivi de cours de dessin ou de peinture, à quelques semaines du baccalauréat, elle avait choisi l’option art plastique. Multipliant les cours particuliers,  en un temps record elle réussi à intégrer suffisamment de pratique et de notions artistiques : sa meilleure note  fut celle obtenue à l’épreuve d’ art plastique.